Foire aux Questions
Règlement
Contexte Général
Carte du Monde
Races Jouables
Carnets de Bord
Lire la Playlist
Les Secrets d'Antan



 

Partagez | 
 

 Les Secrets d'Antan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Les Secrets d'Antan   Dim 2 Nov - 21:44

— Sajenraë ! Après tant d'années !

Woden s'arrêta en plein air juste pour contempler la beauté du paysage de ses jeunes années. Quasiment rien n'avait changé. La forêt en contrebas était toujours aussi verte, et sûrement toujours extrêmement dangereuse. Et plus loin, on pouvait déjà apercevoir le palais. Le Semiahzan se retourna vers ses hommes de façon plutôt gracieuse, mais remplie de force. La force de sa volonté.

— Bien les gars ! Aujourd'hui, c'est une mission un peu spéciale ! On m'a appris que la belle-fille de Dame Eleonore a un historique assez étrange. Son mari, Nicholas, est devenu Sidhe il y a déjà quelques temps, et est mort dans des circonstances inconnues. Le hic, c'est qu'ils étaient liés tous les deux. Nous sommes là pour apprendre comment celle-ci a survécu à la rupture du lien, et... Prendre des mesures si nécessaire.

— Chef, cette belle-fille, Ariane, parait que vous la connaissez !

— C'est le cas ! Je l'ai connu lors de mes études au Sajenraë.

Des sifflements se firent entendre, élargissant le sourire de Woden, fier que ses hommes le charrient sur un tel sujet.

— Et donc, chef ? Comment ça s'est passé ?

— Ca s'est passé de telle façon que ça vous regarde pas. On est là pour le travail, ne l'oubliez pas ! Que je la connaisse ou non... Si cette femme est corrompue, elle sera exécutée, comme toutes les autres !

Son envie de purification s'entendit dans cette dernière phrase. Non seulement Woden parierait sur le fait qu'Ariane était corrompue, mais il prendrait un malin plaisir à la faire souffrir, elle plus que les autres. Il n'avait pas oublié comment elle l'avait laissé seul, comme s'il ne valait rien. Pour Woden, sa relation passée avec Ariane était... Un sujet à risque.

Lui et ses hommes continuèrent leur route jusqu'à se poser devant la grande porte du palais, où il fut annoncé par des messagers à Dame Eleonore. Les portes s'ouvrirent en grand, et ils découvrirent un immense intérieur, comme le laissait supposer la structure. Les bâtiments des Néphelyms étaient ainsi, il leur fallait de l'espace pour voler. Devant eux, une femme Néphelym qui commençait à avoir quelques siècles, mais toujours ravissante malgré tout, s'approcha d'eux, les bras écartés comme pour les prendre dans ses bras.

— Enfin ! Je vous attendais !

— Dame Eleonore, fit Woden en se penchant légèrement, avant de prendre sa main pour déposer un baiser dessus, faisant glousser la Néphelym.

— Et bien ! Que de manières avez-vous !

— Je vous en remercie. Néanmoins, allons droit aux faits. J'aimerais savoir ce que vous connaissez sur la relation qu'avait Ariane et Nicholas.

La Néphelym eut le regard nettement plus sérieux et moins enjoué, peut-être un peu perturbée par l'entrée de Woden dans le vif du sujet.

— Tout ce que je sais, c'est que lui, il est mort, et elle, elle est toujours en vie. Rien de plus que ce qui vous a déjà été dit.

— Avez-vous considéré l'option que votre fille soit une Sorcière Sidhe ?

Dame Eleonore le regarda dans les yeux. Malgré son sourire, Woden avait le regard dur et concentré, comme s'il voulait sonder l'âme de la vieille femme.

— Ma BELLE-fille. Et je m'attends au pire sans pour autant y réfléchir. Promettez-moi juste que vous serez intransigeant avec elle.

Woden vint saisir les mains de son interlocutrice, ayant le visage nettement plus détendu et un grand sourire s'affichant sur celui-ci.

— Bien entendu, ma Dame. Ne serait-ce que pour la réputation de l'école qui m'a formé, je ne la laisserais pas souiller cet endroit une seconde plus. Mais il me faut des preuves, aussi devrais-je vous demander de me laisser investir cet endroit avec mes hommes.

Dame Eleonore sourit, charmée par les manières du charismatique Semiahzan.

— Bien évidemment ! Mais je préfèrerais vous installer loin de la chambre d'Ariane. Qui sait ce que cette traîtresse pourrait vous faire durant la nuit.

— Allons, allons. Nous ne savons pas si c'en est une pour le moment. Mais cela est bien aimable de votre part. S'il vous plait, préparez nos quartiers. Nous commençons tout de suite notre enquête.

Il se retourna vers ses hommes et commanda :

— Pour le moment, interrogez quiconque à un lien avec Ariane. Je vais aller lui rendre une petite visite de courtoisie.

Ses hommes s'exécutèrent, et Dame Eleonore lui indiqua la direction des appartements d'Ariane. Woden s'y dirigea en grande hâte, à la fois pressé de revoir l'horrible visage de celle qui l'avait trahi, mais aussi pour découvrir ce qui se tramait ici. Arrivé devant la porte indiquée par la belle-mère, il frappa et n'attendit même pas la réponse de la jeune femme, rentrant directement.

— Bien le bonjour Ariane. Ca faisait longtemps. Comment vas-tu ?

Il affichait toujours un grand sourire... Mais ironique, cette fois. Et cela se voyait par la différence entre la joie affichée sur son visage, et le ton dur qu'il avait employé. Mais il avait hâte de voir comment agirait cette traîtresse, qui n'avait pas seulement trahi Woden, mais aussi toute sa race. Et il mourrait d'envie de trouver LA preuve qui lui permettrait de la torturer pendant des jours...


Woden Alfadir
• Hurlevent d'Oprium •
Messages : 13
Cristaux : 11
Date d'inscription : 27/10/2014

avatar
• Hurlevent d'Oprium •
MessageSujet: Re: Les Secrets d'Antan   Lun 3 Nov - 6:40

Une fois que le semiahzan disparut et que ses hommes eurent prit la direction de leurs quartiers, le sourire calculé d'Eleonore s'effaça. Elle observa son dos disparaitre, la peur à la gorge. Ses craintes étaient fondées, Ariane s'était encore mise dans de beaux draps. Ne souhaitant pas mêler le sajenraë à tout cela elle avait continué de jouer le jeu mais en avait décidément ras le bol... En parlant de ras le bol, si ce parangon de muscle pensait l'impressionner, aussi flamboyant fut-il, c'était raté. Jamais il n'approcherait d'une plume de SA progéniture, fut-il un élu d'opra en personne. Non mais hoh, il ne fallait pas prendre pour une bique ! Venir là pour enquêter ? Mais biensur ! La dernière fois qu'elle l'avait croisé ici il courtisait sa belle-fille comme si sa vie en dépendait. Personne ne la lui ferait à l'envers dans cette cité, personne, pas même Ariane. Elle parvenait enfin à l'intéresser au Sajenraë, ce n'était pas pour que l'un de ses ex fasse tout merder. Le faire dormir à l'autre bout du château n'était qu'un début : s'il croyait que lui-même n'allait pas être surveillé c'était oublier de quoi les gens d'ici étaient capables. ...Une erreur à ne surtout pas faire, donc.

- - - - - - - - - - - - -


Une porte, un couloir, une pièce immense en marbre, toute fenêtre ouverte... sur la droite une autre pièce encore plus grande, un lit. Les meubles en bois massif et la pierre rappelaient malgré les formes rondes et luxueuses qu'on était bien au sajenraë, nul part ailleurs. Mais le mieux était l'avancée de pierre faisant office de balcon en un large demi-cercle, circulant entre la première et seconde salle. Des marches permettaient d'y atteindre des bancs de pierre surplombant les jardins du château et ariane y tendait le bras, ses cheveux bruns cendrés flottant au vent comme un étendard. Un cri perçant se propagea alors tandis qu'Elohim, son faucon, se posa sur son bras gracieusement. Il avait la taille de feu, les anciens aigles royaux. Son plumage doré s'éclaircissait sous le ventre mais ses plumes bien que similaires à de l'or avaient parfois des marbrures plus sombres, voir proches du noir. Ses yeux n'étaient que deux flammes bleu-vertes qui brillaient dans la nuit. Un oiseau céleste très rare qu'Ariane se plaisait à éduquer depuis son enfance. Et la créature le lui rendait bien : intelligente, elle avait tendance à savoir quand piailler méchamment ou gentiment en fonction de qui sa maîtresse appréciait. Et plus intelligente encore qu'on ne le pensait, en voyant tout juste le semiahzan arriver au lieu de roucouler le faucon cria d'un air menaçant, écartant ses ailes pour se donner plus d'ampleur, défiant Woden d'approcher pour voir. Ariane se retourna, la main dans le plumage d'Elohim quand elle comprit ce qui agaçait son oiseau de proie. Woden.

Son sourire s'était estompé en la présence de cet homme qu'elle avait jadis connu bien moins sarcastique. Elle dégluti, l'observant avant de faire en sorte qu'il ne voit pas qu'elle était décontenancée par sa présence, se concentrant pour caresser son faucon et le calmer. Tu ne devrais pas entrer ainsi dans mes quartiers, les serviteurs vont jaser encore durant des jours. D'ailleurs cela ne manqua pas, sa femme de chambre et les deux gardes qui surveillaient l'entrée arrivèrent de concert, l'une pour se fondre en excuse de ne pas l'avoir retenu et les deux autres pour savoir s'ils devaient mettre cet homme à la porte. Même au Sajenraë il y avait un protocole : on frappait avant d'entrer mais surtout on attendait l'autorisation quant il s'agissait des quartiers d'une Dame, surtout celle du Sajenraë ! Le ciel était bleu, les yeux d'Arya l'étaient donc aussi lorsque, le regard ancré dans celui de Woden, elle les congédia, disant qu'elle le connaissait.

Semiahzan... Les rumeurs étaient fondées alors. Tu as bel et bien reçu la grâce de la roche blanche. Murmura-t-elle, un léger sourire apparaissant sur ses lèvres. Elle était heureuse pour lui mais pas assez pour témoigner la joie de vivre qu'elle avait avant. Plus concentrée sur son oiseau de proie que sur celui qui jadis était dans son lit elle s'avança vers l'intérieur de ses quartiers et, posant Elohim sur  un amoncèlement de branches taillées pour lui servir de jeu de perchoir, elle se tourna ensuite vers le blond. Non pardon... ses cheveux avaient changé. En fait, tout en lui avait changé. il semblait plus sévère (en même temps vu la façon dont ils s'étaient séparés il avait des raisons de lui en vouloir), plus mature, musclé, mais surtout plus puissant. Il était toujours aussi beau et charmant, ça en était presque agaçant. Il lui rappelait surtout qu'elle l'avait quitté pour quelqu'un qui ne serait plus là mais sans se décomposer davantage, par orgueil autant que respect pour son invité elle se reprit, lui sourit malicieusement et alla s'installer sur l'un des bancs de pierre à l'air libre.

Que me vaut l'honneur de ta visite ? Demanda-t-elle sans lui jeter un regard, sachant d'emblée qu'elle allait sinon ne pas réussir à se concentrer. Son aura était différente d'avant, elle l'attirait mais sachant que ce n'était là qu'à cause des changements opérés chez cet homme, elle préférait d'abord s'habituer à cette attraction que de lui montrer qu'elle avait un certain effet sur elle. Quelque chose lui vrillait les tympans, mais elle y restait sourde, bouchée. Inconsciemment elle ne voulait rien entendre et aux vues de la façon dont elle avait traité les connections avec un autre néphel la dernière fois, elle y parvint splendidement. Il faut dire que je ne t'ai pas revu depuis.... hum...

La sale petite peste. Elle ne termina pas sa phrase, voulant qu'il y réponde à sa place. Le narguait-elle ? Disons que le sourire froid de Woden l'avait averti qu'il n'était pas là juste par plaisir. Bizarrement, il l'avait vexée. Peu importe pour quoi il était là elle n'aurait jamais souhaité que leurs retrouvailles se passent aussi froidement, mais bon puisqu'il avait dégainé le premier autant le faire marner. Elle lui sourit, s'occupant de démêler une de ses mèches longues et détourna son regard qui avait viré au gris : des nuages épais passant au dessus de leur tête. Ça fait longtemps. Murmura-t-elle plus sérieusement, songeant à quel point c'était vrai.




Ariane Thémys
✧ Filevent du Sajenraë ✧
Messages : 80
Cristaux : 18
Date d'inscription : 13/08/2014

Carnet de Bord
Race: Néphelym
Métier: Chef des Eclaireurs
Pureté:
13/15  (13/15)
avatar
✧ Filevent du Sajenraë ✧
MessageSujet: Re: Les Secrets d'Antan   Lun 3 Nov - 13:51

Woden la dévisagea quand il la vit enfin. Elle n'avait pas changé. Ou, en fait, si. Elle était comme avant... Mais en mieux. Plus féminine, en quelques sorte. Il sentait qu'il avait devant lui une femme qui avait vécu des choses... Et il comptait bien découvrir quoi. Il la sentit un peu déstabilisée au premier abord, mais elle se reprit bien vite. A son grand mécontentement. Quand elle laissa un moment de silence pour lui demander combien de temps cela faisait qu'ils ne s'étaient pas vus, il répliqua sèchement :

— Pratiquement un siècle. À peu de choses près.

Il baissa le regard quand elle murmura. Oui, longtemps. Il s'approcha d'elle, sans pour autant marcher vers elle et reprit :

— En effet, je ne suis pas ici pour renouer avec mon passé. Tu as dû entendre les rumeurs... Opra m'a ressuscité. Autant que je me montre digne d'elle en ne remuant pas ce qui a déjà été fait.

Il s'arrêta un moment, tentant de provoquer chez elle une certaine curiosité quant à sa réelle venue. Il regarde un instant le décor s'offrant à lui, avant de se tourner complètement vers Ariane. Il voulait lancer une réplique cinglante, mais rencontrer son regard le déstabilisa. Il se retrouva à seulement la contempler, la comparant avec la jeune Néphélym qu'il avait connu. Mais il se reprit bien vite.

— Mission d'inquisition, Ariane. Je suis là pour toi. Des rumeurs courent à ton sujet, je pense que tu es au courant. Tu n'es pas bête, loin de là. Mais ces rumeurs sont parvenues aux oreilles des hauts-placés, et le fait que la Dame du Sajenraë soit potentiellement corrompue ne plait guère. Je suis là pour mettre cette affaire au clair.

Il continua de la regarder, fronçant les sourcils, l'air dur. Il la fixa un long moment... Avant de soupirer. L'air nettement plus doux, il fit :

— Ecoute Arya. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé ce siècle dernier, mais je ne pense pas que tu sois corrompue. Je ne peux me résoudre à penser qu'une personne que je connais soit... Tu me comprends. Alors facilite-moi la tâche. Je ne te demande pas de tout me dire directement. Ni même de me raconter tout dans les moindres détails après une semaine à m'avoir sur le dos. Mais j'ai besoin que tu coopères.

En disant cela, il était venu lui prendre la main, comme il faisait à chaque fois qu'il voulait convaincre une femme. Après tout, Ariane en était une. Pourquoi ne réagirait-elle pas comme les autres ? Sa propre belle-mère s'était laissée prendre au jeu.

— Montre-moi des pistes. Des indices. Je sais que tu veux être libre, mais en tant qu'Inquisiteur, je me dois d'enquêter sur toi, et je ne veux pas te rendre la tâche désagréable.

Il s'était mis à sourire peu à peu. En fait... Il en venait même à oublier son ressentiment envers elle. Il caressait ses mains avec ses pouces, lentement, pour la rassurer quant à ses intentions. Tout du moins, en apparence. Dans quelques secondes, soit elle lui dirait tout, soit elle marcherait au pas et ferait ce qu'il lui demande. Comme toutes les autres.

Woden la regarda à nouveau attentivement. C'était étrange, la sensation qu'il ressentait. Il la connaissait, mais n'arrivait pas à dire ce que c'était. Et c'était positif. Durant le siècle dernier, il n'avait fait que maudire cette femme qui l'avait laissé seul, comme un simple compagnon de route qu'on aurait abandonné à la première escale. Il avait partagé son lit avec elle durant si longtemps... Et il semblait que ça n'avait pas compté, à ses yeux. Mais malgré ça, à cet instant, Woden ne lui en voulait pas. Woden l'admirait. Mais il n'en attendait pas moins sa réponse. Aussi belle cette femme était-elle... Elle n'en restait pas moins une Sorcière.

À cette pensée, Woden reprit le contrôle de ses sentiments, de son être. Oui, il devait rester conscient que ça n'était plus son ex. Ce n'était plus la femme qu'il avait connu. Ce n'était qu'une infâme créature prête à lui bondir dessus pour le corrompre. Une cible potentielle, et au premier mouvement suspect... Il l'abattrait.


Woden Alfadir
• Hurlevent d'Oprium •
Messages : 13
Cristaux : 11
Date d'inscription : 27/10/2014

avatar
• Hurlevent d'Oprium •
MessageSujet: Re: Les Secrets d'Antan   Mar 4 Nov - 9:12

Touché. Aux vues de son entrée fracassante, elle était ravie de lui avoir rabattu le caquet, même quelques secondes. Il répliqua en rappelant qu'on n'allait pas refaire le passé et Ariane se ferma, haussant un sourcil et regardant ailleurs. L'histoire s'était mal finie, elle n'avait pas non plus envie de lui faire à nouveau confiance. Les gens qui disparaissaient de vos vies d'un coup étaient susceptibles de le refaire, elle n'avait plus du tout envie de ce genre de personnes auprès d'elle.

Par contre si elle avait entendu parler il y a quelques temps d'un miracle fait par Opra, jamais elle n'aurait pensé qu'il s'agissait de Woden. Et comment ça, ressuscité ? Regardant ailleurs, elle se refusa par orgueil de tourner son regard vers lui mais n'en pensait pas moins. C'était louche, bizarre, et commençait à faire naitre en elle des craintes qu'elle aurait préféré ne pas avoir. Le balcon faisant largement 15mètres de lare vu qu'il parcourait les deux pièces lui servant d'appartement et bien la moitié de cette taille de profondeur au plus large de l'arc de cercle, Ariane avait de la place pour s'éloigner et n’hésita pas, se méfiant très largement de ce que ce tpe allait bien pouvoir lui sortir. Allons bon, dans quoi trainait-il cette fois ?

Mission d'inquisition. Ah. Elle écouta la suite et bien des émotions passèrent sur son visage, toujours indéchiffrable. Quand Ariane voulait cacher quelque chose elle savait y faire. Sa belle-mère lui avait au moins appris à faire taire ses émotions. Ce qu'elle ne parvenait pas à faire taire par contre était sa sensibilité à l'empathie des autres... A leurs émotions. Tout en essayant de comprendre les conséquences de la visite de Woden, elle sentait parfaitement ce que ses mots ne disaient pas. Il lui prit les mains, blasé, un sentiment d'habitude machinale le parcourant alors qu'il lui demandait d'être raisonnable. technique de flicage de merde... Elle le détesta d'emblée pour cela mais plus douée que lui en empathie, parvint à dissimuler son dégout, au moins le temps qu'il finisse. Une sorte de sensation paisible le parcourut, et en parfaite hypocrite, Ariane lui sourit, cherchant toujours quoi lui répondre. Elle le dégoutait. A croire qu'il la prenait pour une sorcière...

C'est vrai tu as raison. Autant être franche avec toi Woden... Murmura-t-elle d'une voix doucereuse, avertissant du pire. De toute évidence s'il la connaissait encore un peu il savait déjà d'emblée qu'il s'était lamentablement vautré. Elle attendit que son sourire hypocrite s'efface enfin de son visage, le sien parfaitement figé et glacial sur ses lèvres, bien qu'il avait commencé en étant particulièrement doux. Va te faire foutre. Elle aurait pu faire comme sa belle-mère et plutôt lui dire tout les délits qu'il avait fait, comme lui prendre la main alors qu'elle était une héritière, et qu'il fallait demander ce genre de permission si on était courtois mais ce genre de répartie n'était pas répondre comme elle l'avait toujours fait. Elle retira avec une lenteur calculée ses mains des siennes alors que le vent semblait souffler largement plus fort. Elohim lui-même semblait rassuré d'être sous le porche de l'antichambre. Ses yeux viraient au gris sombre alors que les nuages s’amoncelaient au dessus et en dessous de la cité. Là pour le coup elle n'aurait jamais pensé qu'il lui fasse un tel coup bas et bien qu'elle lui interdisait toute lecture de ses sentiments avec une radicale facilité, son dégout profond se lisait dans ses yeux. Espèce de sale hypocrite. Tu entres de force dans mes quartiers sans même m'avertir venir sur le Sajenraë après tout ce temps, tu pues le dégout à plein nez et tu oses te présenter en me demandant de te parler de la mort de mon époux ? Va te faire voir !

Et comme si ce n'était pas assez ses mains s'illuminèrent, crépitant des filaments bleu-vert qui, si il n'avait rien oublié pouvaient faire très mal à une telle proximité. FOUS LE CAMP ! Hurla-t-elle, outrée comme jamais. Après un siècle sans nouvelles de lui elle s'était attendue à tout sauf à ça et sa colère se vit très rapidement. les gardes alertés arrivaient déjà quand une boule de foudre fut projetée. Elle lui en envoya autant qu'il fallait pour qu'il s'envole loin d'elle alors que les soldats paniquaient, apeurés. Ils ne l'avaient jamais vu dans un tel état. Woden en manquerait surement une de peu, les dons d'Ariane ayant largement augmenté depuis qu'il la connaissait. Et rien qu'à cause de la proximité une griffe barrerait sa joue, mélange de sensation claquante et brulante. Elle l'avait juste effleuré mais déjà il devait avoir senti la gifle passer. Si ses boules de foudre rien qu'à proximité permettaient à faire de l'effet c'était qu'elle était réellement devenue puissante... Le ciel se mit à gronder plus que de raison. Elle n'en était pas à déchainer les éléments comme un semiahzan mais son aisance était déjà effrayante. Un sidh n'aurait pu maitriser le ciel à ce point. Elle commençait à lever le bras vers le ciel pour appeler la foudre quand les soldats paniqués s'enfuirent sous le balcon. Ariane ! Rugit la voix de son second, arrivant à tir d'aile pour lui faire baisser le bras, blême. Non mais ça ne va pas !? Qu'est-ce qu'il se passe ?

Ariane le laissa faire. Woden reconnaissait peut-être un guerrier de khèbes arrivé en même temps que lui au sajenraë : sauf que lui n'était jamais reparti de là. Soren tourna son visage vers Woden et, reconnaissant l'armure car ayant plus d'expérience qu'Ariane pour ce genre de choses, maugréa un truc ressemblant à un "je vois" assez froid. Salut Woden. Ce fumier enquête sur moi ! Contra Ariane, mécontente que Soren tente de faire ami ami avec ce traitre. Je sais, des gens posent pas mal de question dans les cours du château mais ce n’est pas une raison pour faire s'abattre la foudre ! Baisse moi ce bras ! Ariane grondait comme une furie mais finit par le faire, les larmes au bord des yeux. Elle pensait bien que Woden l'avait abandonnée mais en plus il venait l'agresser ? Chez elle ? Soren lui-même n'en revenait pas de la voir dans un tel état mais savait qu'elle devait s'être plutôt vexée de voir son ancien ami enquêter sur elle, et surtout... "douter" d'elle. Woden, j'ai beaucoup d'estime pour toi mais je te demanderais de quitter les appartements d'Ariane. Elle n'est de toute façon pas en état de répondre à tes questions. Répliqua-t-il, ignorant les yeux de la brune qui lui lançaient des éclairs. comment ça "pas en état" ? C'était tout autant vexant que la réaction de son ex à son encontre. Mais Soren sourit à son ancien ami, d'un air amical. Je te propose un deal. Tu la laisse respirer et je te paie à boire. On a des choses à se dire, non ? Tu pourras faire ton enquête plus tard, hors de ses appartements. Mine de rien c'était la meilleure solution. Ariane ne coopèrerait pas pour le moment et Woden savait surement que accord de la belle-mère ou non, il risquait gros à venir chercher un tel dragon jusque dans son antre. Ariane dégagea quant à elle sa main sèchement et se barricada dans sa chambre. Les soldats reprenant un peu de leur contenance se mirent devant les portes de la vitre, mais il était certain qu'un mot du semiahzan les aurait fait décamper en vitesse : ils ne savaient juste plus quelle autorité dirigeait pour l'heure... La Dirigeante, le père ne s'était pas prononcé, Ariane était la légitime mais avait du mal à se faire entendre et Woden était un inquisiteur semiahzan... on écoutait qui dans ces cas là ? Un indice : dans tout les cas ça aurait craint.

Soren regarda Ariane partir, soupirant de soulagement. Semiahzan ou pas, la puissance de magie d'Ariane aurait sonné Woden pour au moins la soirée et il n'était pas certain que Woden aurait pardonné à la brune ce genre d'agression. Aller viens, je te dois un verre. Tu pourras m'expliquer ce que tu fous avec des cheveux blancs. Tu t'es relooké ? Émit-il, taquin. Je répondrais à tes questions s'il le faut mais laisse notre chef se calmer s'il te plait. Oui, même woden avait raté quelques épisodes... l'un d'entre eux était qu'Ariane elle non plus n'avait pas perdu son temps et était devenue le chef des éclaireur de l'armée du Sajenraë. La seconde était qu'elle savait réellement appeler la foudre à elle à présent : un niveau de l'école de l'est que seul quelques experts avaient atteint. Une infime poignée... ce qui donnait un aperçu de ce à quoi Ariane avait passé son temps. Nous avons un humain des vallées ayant ouvert une taverne excellente, t'as pas envie de l'essayer ? Le nargua Soren, espérant vraiment que le semiahzan accepterait son offre...




Ariane Thémys
✧ Filevent du Sajenraë ✧
Messages : 80
Cristaux : 18
Date d'inscription : 13/08/2014

Carnet de Bord
Race: Néphelym
Métier: Chef des Eclaireurs
Pureté:
13/15  (13/15)
avatar
✧ Filevent du Sajenraë ✧
MessageSujet: Re: Les Secrets d'Antan   Mar 4 Nov - 19:15

Le Semiahzan sourit encore plus en l'entendant se rendre enfin. Avant de se rappeler comment elle était, perdant tout à coup son attitude hautaine. Il avait l'impression de s'être transformé en poussin, face à un tigre. Mais il se reprit, les habitudes du combat refaisant surface, lorsqu'Ariane fit crépiter des éclairs. Esquivant les premiers avec une facilité déconcertante en se mettant à voler, il se permit même de rire pour lui montrer à quel point elle était impuissante face à lui.

Jusqu'à ce qu'un éclair lui frôle la joue, le faisant plonger sur le côté, laissant un fin filet de sang couler le long de sa joue. Son regard devint soudainement très dur, trahissant ce qu'il pensait désormais d'Ariane. Elle était finalement belle et bien corrompue. Oser attaquer un Inquisiteur ainsi... Il posa la main sur la garde de son épée, quant une voix qu'il connaissait bien résonna. Il reprit ses esprits peu à peu et aperçut un visage familier et, en quelque sorte, rassurant derrière Ariane.

— Soren. Ca faisait un bail.

Il les laissa se crier dessus pendant un moment, et alors qu'Ariane était prêt à partir, lui lança :

— Ne crois pas que c'est en te comportant ainsi que les soupçons qui pèsent sur toi disparaîtront ! J'ai juste voulu t'aider, Ariane !

Malgré tout, son ton avait été menaçant. Il était fou de rage. Il serrait la garde de son épée, se faisant même mal à la main. Et peu à peu, il se calma. Retrouva le contrôle de lui-même. Et se demanda soudainement pourquoi elle avait agit de cette façon. Evidemment qu'il n'était pas venu l'avertir, si elle avait su qu'on venait la surveiller, elle aurait très certainement tout fait pour pourrir l'enquête. Quant au dégoût... Elle n'avait pas totalement tort. Mais pas complètement raison. Il était partagé entre sa nature d'Inquisiteur et ce qu'il ressentait pour elle.

Woden s'arrêta, alors qu'il flottait lentement vers Soren. Ses sentiments ? Qu'est-ce qu'il se mettait à penser ? Ses sentiments étaient enfouis, depuis longtemps, et jamais personne ne serait de toute manière capable de remplacer son ex-femme. Pourtant... Quand il avait prit ses mains, il avait ressenti la même chose qu'avec elle. Il en était sûr maintenant. Elle la lui avait rappelé, juste l'espace d'un instant.

Chassant ces pensées absurdes de son esprit, Woden vint à la rencontre de Soren avec un grand sourire, essuyant de la main le sang qui coulait sur sa joue.

— Un coup à boire ? Volontiers ! Je dis pas non à ça ! Et je veux bien la laisser respirer... Pour aujourd'hui. J'ai un travail à effectuer quand même. Allez, allons boire ce verre !

Woden suivit Soren tandis qu'ils se dirigeaient vers la taverne. Pour autant, le Semiahzan n'abandonna pas son rôle d'Inquisiteur. Même sur le chemin, il prévint son vieil ami.

— Il va falloir jouer le jeu, Soren. Ca ne me plaît pas de devoir restreindre ainsi une personne que je connais, mais je veux savoir quand elle quitte le palais. Je ne l'empêcherais d'aller nulle part, ça serait stupide. Mais elle sera sous surveillance. Vu qu'elle ne se montre pas coopérative, je te demanderais de l'être à sa place.

Il regardait tout autour de lui en parlant. Sajenraë... Oui, décidément, cet endroit lui avait manqué. Il devenait presque nostalgique. En fait, il le serait devenu s'il n'était pas en mission. Et il aurait peut-être agi différemment avec elle...

— Je suppose que tu as des questions à me poser pas vrai ? On fait comment ? l'interrogatoire désagréable puis le moment des retrouvailles reposant, ou l'inverse ?

Peu à peu, alors qu'ils marchaient, Woden aperçut la taverne, et laissa Soren rentrer le premier. A peine eut-il ouvert la porte que la musique, les rires et les bruits de verre se firent entendre. Woden appréciait cette ambiance. Elle donnait envie de croquer la vie à pleines dents, et se sentait un peu moins incomplet quand il trainait dans des bars aussi actifs que celui-ci. Tout de suite, Woden repéra les serveuses, et quelques jolies Néphelyms dans la salle. Faisant un clin d'oeil aux plus jolies, un grand sourire aux plus mignonnes, il se détacha de Soren, le prévenant avant, et alla s'asseoir à une table un peu en retrait, ayant une grande vue sur toute la taverne. Déjà, il remarquait que quelques femmes le fixaient, et ça n'était pas pour lui déplaire. Quand Soren le rejoint, il saisit sa chope d'hydromel pour la placer en face de lui.

— Allez, santé !

Il trinqua en riant, et but une longue gorgée de l'alcool avant de reposer la chope sur la table et de fixer son ami. Il ne lui avait toujours pas dit par où il voulait commencer.


Woden Alfadir
• Hurlevent d'Oprium •
Messages : 13
Cristaux : 11
Date d'inscription : 27/10/2014

avatar
• Hurlevent d'Oprium •
MessageSujet: Re: Les Secrets d'Antan   Jeu 6 Nov - 1:21

Ariane était furax. Elle avait envie de tout envoyer voler mais en retournant dans ses quartiers elle se stoppa net pour écouter ce que Woden avait à dire. Aider ? Il la manipulait comme une vulgaire idiote dont il avait l'habitude à Oprium, pensant certainement que ces techniques faisaient effet ici aussi. Mais il oubliait une chose :le Sajenraë était différent d'Oprium, lui-même différent de Khèbes... et ainsi de suite. Ici on ne jouait ni le même jeu, ni les mêmes règles. Et l'empathie parlât à la place du blond. Elle claqua la porte, faisant sursauter Elohim qui piailla plaintivement avant de voler vers elle pour la consoler. Arya avait l'impression qu'on venait de rouvrir des plaies qu'elle se forçait à ignorer, car encore à vif. une sorcière ? Une aos sidh ? Ça aurait été surement été moins pire que ce qu'elle était devenue, que ce qu'elle avait fait en fait... Un sidh n'avait plus de cœur. Il ne ressentait surement pas ce vide qui s'accroissait en elle comme un gouffre sans fond. Plus il grandissait et plus elle sentait une faim grandir en elle, violente, vorace et à la volonté chaotique illimitée... Les voyant disparaitre, elle rouvrir la porte vitrée et s'envola à toute vitesse se dissimuler dans les nuages, là où elle savait pouvoir se dissimuler aux yeux de tous. Un des hommes de Woden la vit, essaya bien de la suivre mais n'y parvint pas... Mais les bruits qu'il entendit le firent blêmir... Un orage arrivait sur le Sajenraë., mieux valait qu'il redescende.

- - - - - - - - - - -

Soren écouta tout du long Woren pester, râler et sourit intérieurement. La hache de guerre n'était pas enterrée entre ces deux là, cela se voyait. Ces deux là oubliaient souvent qu'il était de l'école du vent sec, ce qui faisait de lui un télépathe assez redoutable. il n'en parlait jamais, ne faisant qu'écouter et là ce qu'il entendait bien qu'indistinctement car Woden restait redoutable, c'était ses doutes. Alors certes, il l'entendit bel et bien parler de jouer le jeu de la taupe, tout ça... Mais entre sa chef qui était son amie et un membre de l'autorité qui était lui aussi son ami... Il n'avait pas envie de choisir. Il voulait rire à leur dépends et ferait surement en sorte de jouer sur les deux fronts pour veiller que tout se passe quand même bien...

Une fois dans l'auberge, les bruits et tintements, chahuts et éclats de rire rythmèrent une ambiance bien singulière, repérable entre mille. Soren alla commander deux Hydromels se fit alors aborder par le tavernier, entrain d'essuyer ses verres avec une aisance déconcertante lorsqu'on observait la hache double suspendue au mur derrière lui. Était-ce la sienne ? On n'aurait jamais osé le savoir. Malgré les apparences, le tavernier était humain. La quarantaine, le sourire ayant appuyé les pattes d'oies sur les bords de ses yeux, il semblait du genre souriant et charismatique, de ceux qui malgré leur âge parviennent à attirer de très jolies demoiselles pour des conversations d'une nuit... Soren lui résuma rapidement leurs dernières péripéties en forêt puis alla s'asseoir en face de son ami à une table. L'ambiance chaleureuse des murs en bois donnait l'impression que l'auberge elle-même était faite pour empêcher les idées vagues et soucis du quotidien vous envahir.

Je suppose que tu as des questions à me poser pas vrai ? On fait comment ? l'interrogatoire désagréable puis le moment des retrouvailles reposant, ou l'inverse ? Dit Woden. Soren sourit, niant du visage avant de se masser la nuque, bien embêté par tout cela. Tu me met dans une position pas possible, tu le sais ? Bien, buvons, plaisantons et répondons à tout ça sous forme d'une discussion amicale, au moins. Là dessus il but un peu de son verre, plaisanta, parla du bon vieux temps, rappelant des souvenirs plaisants et d'autres plus irritants... Comme la fois où il avait nargué Ariane en lui disant ne pas être capable de survivre trois jours seule en forêt... Tu l'as mise dans une telles rage qu'on ne l'a pas retrouvée durant toute une semaine... Sous-entendu, les foudres qui s'étaient abattues sur Woden il y avait quelques minutes n'était rien par rapport à ce moment là. Arya était une habituée du genre, et à sa manière, Soren magouillait pour calmer les choses, aidant Woden comme il pouvait à relativiser tout cela.

Et on arriva enfin au sujet mordant... Sorcière ? La main de Soren se crispa sur son verre, son regard s'assombrit, une haine fugace mais plus que profonde ayant pu se lire un infime instant en lui, comme une étincelle de briquet, rien de plus. Amoureux ? Si c'était le cas il avait alors renoncé depuis bien longtemps à cette idée, mais sa colère sourde ne venait clairement pas de là. Nikolaï a été tué par un nécromant, emporté par celui-ci et nous est revenu en tant qu'Aos Sidh, Woden. Murmura Soren, ayant visiblement du mal malgré le temps à accepter cela. Il était juste difficile d'expliquer comment ils avaient fait pour échouer à ce point, au point que l'un d'eux se soit fait tuer, et enlever à eux. Nikolaï avait eu son importance ici, que Woden supporte cette idée ou non d'ailleurs. Il l'a persécutée jusque dans ses rêves, et a réussi une fois à venir jusqu'ici, est bien passé à un cil de la tuer d'ailleurs... Et il usait du lien pour la pervertir plus facilement. Parfois d'un coup elle passait du sourire à la terreur tandis qu'il lui mettait en tête des scènes d'horreur abominables... Comment il le savait ? Là encore : il était télépathe ! Je peux te garantir que passer son temps à bloquer le lien entre deux personnes comme ont du faire les seuls exorcistes qu'on a est épuisant. Le lien est à double tranchant ça a bien faillit la tuer mine de rien.

Soren fini son verre, le regard de plus en plus sombre. Clairement, il n'aimait pas se souvenir. Mais Woden voulait des réponses, il les lui donnait. Sa version, pas celle d'Arya. La conclusion à tout ça est qu'elle a bel et bien faillit sombrer, Woden. mais ce n'est pas le cas. Elle vole, elle use de don purement Néphels et je m'occuperait personnellement de celui qui osera dire le contraire. Selon elle, Nikolaï est mort. C'est à cause de cette information qu'il y a autant de bruit mais je ne saurais même pas te dire s'il est véritablement mort ou non... seul elle le sait. Finit-il. il n'enfonçait pas ariane mais il était vrai que le fin mot de l'histoire appartenait à la jeune femme. Il dégluti, se souvenant plutôt bien de l'état dans lequel elle avait disparu, puis l'état qu'elle avait lorsqu'elle étai réapparue... Les mains jointes contre ses lèvres, il restait planté là, songeur. Finalement il sourit et demanda joyeusement au tavernier deux nouveaux verres. Ce n'était pas tout, mais il n'avait pas envie de trop en dire... il attendait les questions, les "bonnes" questions. celle auxquelles il avait une réponse, en somme...




Ariane Thémys
✧ Filevent du Sajenraë ✧
Messages : 80
Cristaux : 18
Date d'inscription : 13/08/2014

Carnet de Bord
Race: Néphelym
Métier: Chef des Eclaireurs
Pureté:
13/15  (13/15)
avatar
✧ Filevent du Sajenraë ✧
MessageSujet: Re: Les Secrets d'Antan   Jeu 6 Nov - 14:50

Woden acquiesça à la proposition de son ami, et commença à passer une bonne soirée en sa compagnie. Se remémorant les vieux souvenirs qu'ils avaient du Sajenraë, Woden éclatait de rire à chaque fois qu'il entendait une anecdote où il s'était chamaillé avec Ariane. Au fur et à mesure, la colère de Woden s'atténua, et il en vint même à se demander pourquoi il en voulait à Ariane. Elle l'avait certes abandonné... Mais il ne lui avait jamais couru après non plus. S'il était si amoureux d'elle à l'époque, pourquoi ne l'avait-il tout simplement pas rejoint à Khèbes ? Woden se demanda si sa conduite avec Ariane était tellement justifiée. Même s'il se devait d'être dur avec elle au vu de leurs positions dans l'enquête qu'il menait, il n'avait pas à être aussi agressif. Il devrait... Essayer de prouver l'innocence de son amie plutôt que sa culpabilité.

Mais peu importait, ce qui avait été fait, avait été fait. Woden se concentra sur le présent. L'interrogatoire. Il écouta Soren parler longuement, apprenant ce qui était réellement arrivé à Nikolaï. Il savait qu'il était mort, mais il n'avait jamais su à propos de sa corruption. En vérité, il était persuadé que c'était Ariane qui l'avait tué. Soren termina puis resta silencieux, l'air songeur, avant de commander encore de l'hydromel, ce qui ne déplaisait absolument pas à Woden. Quand ils furent servis, Woden fit tourner son verre, comme s'il cherchait par où commencer pour le boire.

— Ca a bien failli la tuer, tu disais. C'est là que je tique, Soren, et c'est ça que je cherche. Ca AURAIT DU la tuer. Mais ça ne l'a pas fait. C'est ce que je cherche à découvrir Soren : Comment ça a pu se produire ? Mais je sais bien que tu n'as pas la réponse. En revanche... Les exorcistes t'auraient-ils parus bizarre ce jour-là ?

C'était ce qui venait d'abord à l'esprit de Woden. Les exorcistes auraient très bien pu faire quelque chose à Ariane, et il serait en mesure d'aider la Néphelym à éviter la mort. Mais il y avait un autre point qui le perturbait.

— Si Nikolaï a utilisé le lien pour la pervertir... Peut-on vraiment dire qu'elle soit complètement pure, Soren ?

C'était un risque, effectivement. Qu'elle soit corrompue partiellement à cause des manipulations de Nikolaï. Woden était déjà fier de ce qu'il avait pu découvrir. C'était maintenant quelque chose d'avéré : la possible condition d'Ariane était liée à sa mésaventure avec Nikolaï. Le problème était de savoir où elle avait été corrompue dans le process... Voire si elle avait été corrompue tout court. Soren était persuadé qu'elle ne l'était pas, et il avançait de bons arguments. Et Woden non plus n'avait pas remarqué de signe de corruption sur elle. Woden sentait qu'il manquait quelque chose, que ça n'était pas tout... Mais il n'arrivait pas à mettre le doigt sur ce qui le dérangeait. Aussi voulut-il tâtonner.

— Et Ariane ? Comment est-ce qu'elle le vit, tout ça ? Elle a cicatrisé, depuis le temps ? Elle cherche un nouveau compagnon ?

C'était à la fois pour lui-même et pour l'enquête. Mais il ne tromperait pas Soren, il en était conscient. Il voulait juste se concentrer sur l'enquête, néanmoins.

— Je ne sais pas, il y a quelque chose qui cloche, Soren. Si elle l'avait corrompu, elle aurait vite montré des signes de bien-être malgré tout. Elle aurait vite cicatrisé, elle aurait recommencé ses activités normales, quelque chose. Mais là... Elle était surtout blessée par le fait que je l'accuse des évènements avec Nikolaï. Il y a beaucoup trop de zones d'ombre, si tu veux mon avis...

Il but une longue gorgée de son hydromel et le posa bruyamment sur la table.


Woden Alfadir
• Hurlevent d'Oprium •
Messages : 13
Cristaux : 11
Date d'inscription : 27/10/2014

avatar
• Hurlevent d'Oprium •
MessageSujet: Re: Les Secrets d'Antan   Ven 7 Nov - 1:28

Soren savait que son ami était curieux aussi avait-il décidé de lui dire le plus franchement du monde ce qu'il pensait de cette histoire. Le reste n'était qu'appréhension et jugement personnel, donc il ne mentait pas à Woden en lui disant que toute les informations lui avaient été données... Mais voilà, son ami était perspicace. Soren fut surprit par la première de ses questions. Hochant les sourcils, il eut un rictus d'amusement qui disparut bien vite. Les exorcistes ? Bizarre ? Sérieux... Il avait donc oublié . Oh oui, mon père comme toujours. Sérieusement Woden on parle de la fille du seigneur du Sajenraë : les meilleurs exorcistes de la cité ont tenté de l'aider, mon père en faisait parti et je peux te garantir qu'il n'est pas corrompu : pour la bonne et simple raison qu'il n'a jamais foulé la terre ferme. Pour ce qui est des autres, c'est le roi en personne qui les a demandé. Mais à l'heure actuelle le duc est mal.... Le duc ne se porte pas bien actuellement. Se corrigea-t-il, pour ne pas en dire de trop sur l'état assez inquiétant du seigneur en personne.

Malheureusement les questions ne s'arrêtèrent pas là. heureusement, Soren pouvait lire ses pensées et atténuer le sens des paroles qu'il prononçait mais... voilà, il parlait d'Arya. Si tu parles du fait qu'elle puisse avoir des séquelles, oui elle en a. Elle ne fait plus confiance à personne hormis ceux qui sont restés à ses côtés, c'est à dire moi et les autres gars. Répondit-il, froidement cette fois. Il était fidèle à sa chef, et c'était plus une histoire de fierté qu'autre chose de l'affirmer devant Woden. Mais celui-ci finit encore par changer de sujet... parlant de façon monstrueusement mal détournée, qu'il s'intéressait encore à elle. Soren releva le visage et le dévisagea, un sourire narquois aux lèvres. Elle allait pas passer trois quart de siècles à déprimer, tu la connait. Elle a du succès, Woden. Beaucoup plus que lorsqu'elle te courait après à quinze ans, la bouche en cœur. Même moi j'ai pas résisté alors imagine les gens de la cité.

Il n'allait pas enfoncer le clou en lui disant combien d'hommes avaient partagé sa couche, ni lui réchauffer le cœur en lui disant que les hommes la quittaient car elle n'offrait plus sa confiance, que ça risquait de finir pareil avec le dernier. Mais ça le rendait dingue de taire qu'ariane ne faisait que vivoter au final. Ça, c'était quelque chose qui ne regardait que la demoiselle, ce n'était pas à lui de le dire. Mais il y eut les autres questions et là... Soren eut l'impression de tourner en rond. La réaction d'Ariane n'était pas bizarre si elle n'avait pas été corrompue, enfin ! Il soupira donc et se massa la nuque, embarrassé. Ecoute... son ressenti par rapport à cette histoire je vois pas comment je pourrais en parler à sa place mais si ça peut t'aider elle n'en a simplement jamais parlé. Elle fuit, elle se braque, elle est pire qu'une tornade dans ces cas là. Je sais que tu es venu chercher des réponses mais tu te pose pet-être les mauvaises questions. La question n'est pas ce qu'elle a fait pour survivre, mais plutôt ce qui 'l’empêche d'en parler, non?

Il soupira doucement fermant les yeux. Woden pouvait clairement lire son agacement mais il craqua. Je... pense pouvoir t'avoir une entrevue avec mon père d'ici à ce soir si tu le souhaites. Peut-être aura-t-il entendu quelque chose, c'est lui qui s'est occupé d'Ariane durant ses délires, les autres n'étaient que ses suppléants. Il rouvrit les yeux et lui sourit, d'un air filou. T'as la serveuse derrière toi qui te dévore du regard... ? Ah on dirait que ça gronde bien, dehors.




Ariane Thémys
✧ Filevent du Sajenraë ✧
Messages : 80
Cristaux : 18
Date d'inscription : 13/08/2014

Carnet de Bord
Race: Néphelym
Métier: Chef des Eclaireurs
Pureté:
13/15  (13/15)
avatar
✧ Filevent du Sajenraë ✧
MessageSujet: Re: Les Secrets d'Antan   Ven 7 Nov - 15:43

Woden écouta la réponse de son ami. Les exorcistes étaient donc une piste à écarter, c'était déjà ça. Même si son camarade semblait trouver ses questions un peu chaotiques voire hors-sujet, pour Woden, c'était des pistes à écarter, et donc des épines du pied à enlever. Il écouta correctement ce que Soren lui dit à propos d'Ariane et de ses aventures, et sans savoir pourquoi, il eut un pincement au coeur qu'il écarta bien vite, ne voulant pas se pencher là-dessus pour le moment. Enfin, il vit que Soren gardait quelque chose. Quelque chose qu'il lâcha bien vite, à la grande joie de Woden.

— Une rencontre avec ton père ? Dès ce soir ? Et bien, je ne suis certainement pas contre. Il aura certainement quelques petites choses à me dire. Des pistes à lancer, au moins.

Il s'étira longuement, en profitant pour jeter un coup d'oeil discret à la serveuse et soupira.

— Il faudra quand même que j'interroge Ariane. Ca, c'est la partie délicate. Je ne vois vraiment pas ce qui aurait pu la choquer au point qu'elle se bloque même pour se déculpabiliser dans une affaire comme celle-ci. J'ai beau retourner le problème dans tous les sens... Arya-- Ariane n'a jamais été le genre à être sensible.

Voilà qu'il redevenait familier avec elle, maintenant. Il regarda son verre, vide, un moment et se leva.

— Attends-moi quelques secondes, je vais préparer ma soirée.

Il s'approcha doucement de la serveuse et demanda l'addition, qu'elle lui apporta en vitesse, toute confuse de se faire aborder ainsi par un homme comme Woden. Il attendit qu'elle lui dise combien il lui devait avant de la payer. Déposant quelques pièces dans sa main, il s'approcha d'elle en souriant.

— Et si l'envie vous dit... Voudriez-vous me rejoindre au palais ce soir ? Les plats y sont succulents et j'adorerais partager mon repas avec une si jolie demoiselle.

La jeune femme accepta tout de suite, mais Woden resta avec un arrière goût dans la bouche. Celui de la facilité. Il l'avait cueillie plus qu'il ne l'avait charmée. Il revint vers Soren l'air un peu plus sombre, mais sourit tout de même.

— Voilà. J'ai de quoi passer la nuit en bonne compagnie. Même si je sais que je vais pas dormir. On y va ?


Woden Alfadir
• Hurlevent d'Oprium •
Messages : 13
Cristaux : 11
Date d'inscription : 27/10/2014

avatar
• Hurlevent d'Oprium •
MessageSujet: Re: Les Secrets d'Antan   Jeu 13 Nov - 23:08

Soren haussa un sourcil en le voyant aller vers la serveuse. Il l'observa faire tout en songeant au dire du semiahzan. Ariane n'était pas du genre sensible certes... mais de ce qu'il avait entendu, il était allé la voir avec ses grands sabots et sa diplomatie d'antan pour lui sortir de but en blanc être celui qui enquêterai sur elle. L'idée qu'elle aie pu sentir un sentiment négatif se dégager de Woden n'avait même pas du effleurer l’esprit de celui-ci, comme il n'avait toujours pas du songer que Soren étant télépathe, il savait déjà très bien et très précisément tout ce qu'il pensait d'Arya. Pareillement, s'il avait été là lorsque Woden avait enté de se faire passer pour le protecteur d'Ariane il aurait hurlé de rire : c'était un peu la chose à ne pas faire avec une teigne aussi orgueilleuse que la filevent du Sajenraë.

Tout en finissant sa chope, il observa le ciel, songeur. Si Woden n'avait même pas en tête de comprendre comment réagissait une fille, comment pouvait-il enquêter sur des affaires si proches de la corruption ? Par la force ? Cette idée le fit tressaillir. Il espérait honnêtement que jamais Woden ne lèverait la main sur Ariane mais rien n'était moins sur. Lorsque Woden revint, ce fut pour lui dire qu'ils y allaient... pardon ?

Hum... Comme je viens de te le dire mon père est un homme occupé, je vais "essayer" de t'avoir une audience pour ce soir mais non tu n'ira pas le voir avec tes grands sabots comme tu es entré dans les appartements privés d'une héritière de duché. Il sourit, amusé rien qu'à la figure qu'avait du faire Ariane à le voir entrer comme ça, comme il lui plaisait. Après tout tu n'es plus en Oprium, tu sais bien qu'on n'écoute que peu les indications de la cité centrale : elle nous laisse tranquille, on la laisse tranquille. Le brun reprit ses affaires, remit ses longs cheveux bruns en place puis enchaina. Un conseil, joue plus sur l'ancien statut que tu avais ici que sur ton titre d'inquisiteur si tu veux traiter avec notre filevent. Enfin... je vais pas te rappeler comment elle fonctionne, tu l'as pratiquée plus que moi.

Là dessus il laissa Woden sur place, libre de faire ce qu'il voulait de sa fin de journée. Il n'avait pas envie de le voir flirter avec la fille du tavernier et pensait l'avoir suffisamment calmé pour le laisser en paix... D'un signe de main il le laissa donc sur place et s'envola vers une tour blanche excentrée du palais, là où un temple à eric, opra et Margarett avait été construit. Opra pour avoir fondé la terre sur laquelle reposait la cité, Margarett pour veiller sur les veilleurs partis en excursion et enfin eric et sa puissante magie mais surtout ses connaissances sur la nature pour être ce qu'il est, l’emblème même du Sajenraë. dehors, la pluie tombait en trombe à présent et le tonnerre frappa partout autour d'eux, laissant chaque habitant remercier Opra pour le dôme protégeant cette magnifique cité des nuages entourant le Sajenraë.

- - - - - - - - - - -

En début de soirée

Dans la pluie battante et les coups de tonnerre, Ariane émergea des nuages et posa ses pieds nus au sol, la robe collant à sa peau. Sur la terrasse seul les gardes étaient là, à surveiller les lieux et lui confirmèrent que ce crétin n'était pas revenu. On lui ouvrit la porte, l'un des gardes l'effleura par mégarde et grimaça en se recevant des crépitations électriques. Ariane semblait en irradier. Il ne chercha même pas à savoir d'où elle venait, elle était une de leur plus puissante magicienne actuellement et connaissait donc des sorts dont il n'avait même pas idée.

Elohim... Murmura la jeune femme, tendant son bras. Le faucon céleste se posa sur son avant bras et battit des ailes, excité par l'énergie qu'il sentait entre ses serres. la belle sourit et s'assit sur un canapé de chambre, toujours trempée, sans la moindre gêne. Elle caressa le plumage de son oiseau qui cependant n'apprécia que peu le traitement : l'eau sur son plumage devait être désagréable, il commença à faire ses plumes et Arya en profita pour réfléchir à tout cela. Woden allait surement revenir à la charge, sinon ce soir, du moins demain... Elle n'avait pas envie de le voir. Dès le jour où elle lui avait apprit avoir rencontré son lié il était froidement sorti de sa vie, refusant de lui donner la moindre nouvelle... Elle avait perdu un amant mais surtout un ami, et lorsque Nikolaï avait disparu ses liens avec Soren n'étaient pas aussi forts que maintenant. ... Et maintenant il réapparaissait en la traitant comme une idiote, jouant les hypocrites près à l'aider alors qu'elle lisait l'inverse en lui, elle voyait dans ses yeux un homme autant rancunier que dégouté, voilà tout ce qu'elle voyait. Peut-être devrait-elle régler ses comptes avec lui ? Honnêtement elle n'en avait pas la moindre envie.

La belle prit son temps pour s'étendre dans un bain après cela, y ajoutant des huiles aux odeurs fraiches et poivrées, détestant les odeurs sucrées qui lui rappelait les "mama" qu'elle voyait à khèbes. Elle, préférait la lavande, la menthe. Une fois que sa peau en fut bien imprégnée, elle daigna enfin sortir de l'eau et retourna dans sa chambre, s'habiller d'une robe fendue jusqu'aux hanches. Si on ne voyait rien c'était uniquement du à des cordes en fil d'or qui resserraient les deux pans et au corset enserrant sa fine taille, laissant le tissu recouvrir ses bras sans recouvrir ses épaules. Les fétiches de cristaux et de plumes enserrant sa taille comme une ceinture, s'en alla pieds nus prendre l'air, une protection sur le bras pour qu'Elohim vienne avec elle.

- Bonsoir, Ariane. La héla une voix rocailleuse qu'elle ne connaissait que trop bien.
- Hum ? Oh bonsoir maître Kyan. Vous travaillez encore à cette heure-ci ? Eleonore a pourtant préparé un banquet en l'honneur de l'inquisiteur envoyé par Oprium...
- Oui je sais que Woden est ici Arya, par contre j'aimerai ton expertise sur un document, tu peux venir voir ?

Intriguée, Ariane accepta et le suivit, laissant Elohim partir en chasse sans elle. Une fois parvenue à la tour, elle scruta le parchemin et fronça les sourcils. Qu'est-ce que c'est ? Murmura-t-elle en essayant de le décrypter. Ce sont des runes trouvées par nos veilleurs dans la forêt d’émeraude. Visiblement ils y ont trouvé une sorte de pierre rectangulaire dressée vers le ciel où ces runes pulsent d'une lumière verdâtre. Ariane avait relevé la tête, se demandant ce que pouvait bien être cette pierre. Elle prit une carte et demanda au prêtre s'il savait où exactement et commençait à arranger une excursion le lendemain avec lui quand des bruits se firent entendre... Et elle vit Soren et Woden entrer, l'un surpris, l'autre moins. Papa... ! Tu sais bien pourquoi on est là ! Ragea Soren, outré que le vieil homme ait pu inviter Ariane à un tel moment. la brune elle observait les dizaines de lignes creusées dans le mur faisant office de fenêtre, regrettant de ne pouvoir passer entre. En même temps elle roulait la carte et le parchemin pour les mettre des un étui, mettant celui-ci en bandoulière sur son épaule. Pas du tout ! Je l'ai fait venir pour bien autre chose ! - Bon, moi je vais y aller... - Non Ariane reste ici voyons, Woden avait des questions à me poser à ton sujet. - je m'en doute, c'est pourquoi je ne veux pas entendre ça. - Tu n'as pas le bon emplacement, tu m'aurais damé le pion ce soir sinon, avoue. Ariane s'arrêta net devant la porte, hésita puis retourna en arrière s'installer dans un large divan où elle étendit toute la longueur de ses "divines" jambes, histoire que tous renoncent à partager cette place avec elle. Bien. murmura-t-elle, rouvrant l'étui pour observer les runes et laissant les trois autres discuter entre eux à son propos. Soren cherchait son regard, totalement désolé mais Ariane empestait la colère à plein né : elle l'ignora donc totalement. Amener Woden ici... Sale traitre !




Ariane Thémys
✧ Filevent du Sajenraë ✧
Messages : 80
Cristaux : 18
Date d'inscription : 13/08/2014

Carnet de Bord
Race: Néphelym
Métier: Chef des Eclaireurs
Pureté:
13/15  (13/15)
avatar
✧ Filevent du Sajenraë ✧
MessageSujet: Re: Les Secrets d'Antan   Ven 14 Nov - 17:06

Woden regarda Soren partir et soupira. Toute une après-midi seul, donc. Ou peut-être pas. Le semiahzan regarda derrière lui, apercevant rapidement sa belle serveuse et sourit, tandis que la pluie commençait à tomber. Lui jetant un regard séducteur, il alla voir le patron du bar avec un air royal, comme s'il était le Duc du Sajenraë en personne. S'adressant à lui avec un grand sourire, il fit :

— Monsieur, j'ai l'honneur d'inviter votre fille à passer une après-midi au palais. C'est une fort ravissante jeune femme, et je suis persuadé qu'elle y fera forte impression si elle m'y accompagnait.

Bien évidemment, le tavernier n'était pas dupe. Mais le charisme du Semiahzan ainsi que le regard de supplice de sa fille le firent accepter. La serveuse sauta presque au plafond en entendant la nouvelle et vint se pendre au bras de Woden. Sortant du bar, ils se dépêchèrent de rentrer au palais.

Trempés, Woden invita la jeune femme à prendre un bon bain chaud, ce qu'elle accepta volontiers, ravie de pouvoir se laver dans des salles de bain aussi magnifiques. Alors qu'elle rentrait dans l'eau doucement, Woden la rejoignit, marchant vers elle d'un pas assuré malgré sa nudité. Elle le regarda avec envie, déjà totalement sous son charme. Ce qu'il se passa ensuite fut logique et prévisible. La jeune femme offrit la moindre parcelle de son corps au Semiahzan. Et celui-ci fut ravi de pouvoir en profiter, goûtant sa peau, embrassant ses lèvres et bien plus encore. Autant dire qu'ils mirent du temps à sortir de la salle de bain, la jeune femme essoufflée, rouge de plaisir, alors que le Semiahzan affichait son habituel sourire hypocrite.

Mais malgré l'état de la jeune femme, Woden ne comptait pas la laisser tranquille tout de suite. Il l'emmena jusqu'à sa chambre où ils continuèrent leurs ébats pendant de longues heures. Plus le temps passait, plus la jeune serveuse criait son plaisir, suppliant Woden de continuer. Et celui-ci la maltraitait de plus en plus, lui tirant les cheveux, griffant sa peau. Et elle hurlait encore et encore, faisant sûrement profiter tout le palais... Jusqu'à ce que Woden se lâche une dernière fois en elle dans un râle de plaisir.

Haletante, la jeune femme vint se blottir contre le torse de son amant. Woden ne la regarda même pas, à peine fatigué. Il se contenta de se lever, se faire un brin de toilettes et se rhabiller. Le regardant avec envie, la jeune femme lança :

— Quand est-ce que tu reviens ?


— Tu n'as pas besoin de le savoir. Tu seras partie avant, répondit-il froidement.

Elle se releva lentement, apeurée d'entendre la suite.

— Tu ne restes pas ici. On s'est amusés, c'était sympa. mais ça s'arrête là.

Sur ces mots, il sortit de la chambre et alla au buffet à son honneur. Seul dans le couloir, il frappa contre le mur. Comment pouvait-elle avoir pris son pied alors qu'il n'avait fait que l'utiliser ? Elle le dégoûtait. Pire, il SE dégoûtait. Il se dégoûtait de l'avoir traitée ainsi alors qu'elle n'était qu'une victime de sa lubricité. Il se dégoûtait d'avoir repensé un instant à Ariane durant l'acte. Il se dégoûtait d'avoir voulu lui faire mal, rien que pour un instant, voir son visage se tordre de douleur plutôt qu'afficher ces expressions de plaisir.

Malgré tout, il alla au buffet, affichant à nouveau un visage décontracté et serein. Il ne put profiter des festivités qu'un instant, car Soren vint le chercher. Apparemment, son père avait accepté de les voir.

En arrivant, le père de Soren les attendait déjà, accompagné... D'Ariane. Dans un sens, cela ne l'étonna pas trop. Plutôt, il y vit une opportunité pour remettre les choses en place. Il avait été stupide sur deux points. Se laisser trop guider pour ses sentiments, et croire qu'Ariane était une femme comme une autre. Aussi avait-il décidé de corriger cela. Sans baisser sa garde dans le cas où elle serait corrompue, il essaierait d'être plus fin dans son approche. Faire en sorte qu'elle lui fasse à nouveau confiance. Peu à peu, il se rapprochait de l'état d'esprit qu'il avait étant jeune. Celui du jeune homme et de son amie, inséparables. Celui qui arrivait à dompter la nature sauvage du Sajenraë.

Il fixa Ariane quand elle s'allongea. Décidément, c'était vraiment une belle femme. Et cette paire de jambes... Woden se reconcentra rapidement, s'adressant au père de Soren.

— Monsieur. Cela fait des années que nous ne nous sommes pas aperçus. Désolé de vous déranger dans vos responsabilités, mais le cas dont je suis responsable est de la plus haute importance. Surtout s'il s'agit de la Dame du Sajenraë.

Faisant quelques pas dans la pièce, se rapprochant d'Ariane, il continua.

— Je dois savoir si vous avez remarqué quelque chose d'étrange, d'inhabituel lors de vos cérémonies pour bloquer l'accès du lien à Nikolaï. S'il avait pu la corrompre, d'une façon ou d'une autre. Même juste un peu.

Il se tenait aux questions auxquelles il avait réfléchi. Mais autre chose le tracassait et il se devait de tenter quelque chose. Il se retourna vers Ariane.

— Ariane, je n'ai appris que plus tard les détails de cette enquête. Même si un risque de corruption me fait toujours peur, autant pour ma propre santé que pour la tienne, je tiens à m'excuser en tant qu'Inquisiteur. J'ai pris en compte des éléments personnels, extérieur à tout ça, et maintenant cela bloque l'enquête. Maintenant, en tant qu'ancien ami, je tiens à te dire que je suis désolé. Aussi, je voudrais repartir sur de bonnes bases. J'ai toujours besoin de ta coopération, car seule toi connait le fin mot de tout ça. Et si tu ne veux rien dire, j'arriverais tôt ou tard à la vérité à force d'interroger des gens. Je veux juste que tu me rends la tâche plus facile, surtout si tu n'as rien à te reprocher. C'est tout. La suite t'appartient.

Après avoir dit cela, il ne s'intéressa plus qu'à Soren et son père. Il laissa la jeune femme ruminer tout ça, réfléchir à ses paroles, espérant qu'elle croirait à sa sincérité. Parce qu'il était sincère. Avec Ariane à dos, cette enquête était perdue d'avance, ou allait devenir extrêmement longue et difficile. Il restait bien la force... Mais plus Woden restait au Sajenraë, moins l'envie de torturer Ariane lui plaisait. Même, il commençait à la réfuter. Lui qui, pourtant, avait passé des années à se promettre de lui faire payer ce qu'elle lui avait fait subir... Désormais, seuls leurs efforts communs permettraient de faire avancer cette histoire. Ou un miracle. Et Woden espérait qu'Opra continuait de le supporter...


Woden Alfadir
• Hurlevent d'Oprium •
Messages : 13
Cristaux : 11
Date d'inscription : 27/10/2014

avatar
• Hurlevent d'Oprium •
MessageSujet: Re: Les Secrets d'Antan   Lun 1 Déc - 22:40

L'aubergiste essuyait un énième verre lorsque Woden le héla pour scander embarquer sa fille. l'homme n'eut rien le temps de faire que celui-ci avait emporté son bien le plus précieux, lui faisant perdre toute ses couleurs. Puis finalement il se rassura avec l'idée que cet homme était Woden, un semiahzan, un inquisiteur... Il ne pouvait pas vouloir du mal à sa fille, plutôt du bien... Mais justement, bien ou mal, des homes restaient des hommes. Aussi se jura-t-il que si la réputation de Woden était vraie : car ça parlait pas mal dans les auberges, alors le semiahzan paierai son prochain verre ici de sa vie. On ne touchait pas à son adorable et précieuse fille !

- - - - - - - - - - - -

Le traitre... Le fourbe ! Quel vieux petit manipulateur perfide ! Pensait la brune sans que personne ne puisse l'entendre. Ariane fusilla du regard le vieil homme, qui lui semblait à la fois apprécier la situation et faire mine d'être concentré sur autre chose. La bouche entrouverte en faisant semblant d'observer de ses vieux yeux un bibelot, l'essuyant, il avait l'air du parfait vieux farceur... Truand ! Ariane tenta bien de partir mais le vieil homme avait des atouts cachés. Gourmande de trouvailles, elle alla s'asseoir, faisant sa belle pour narguer les nouveaux venus. C'est à dire les jambes étendues sur le canapé à se faire les cheveux tout en étudiant la carte à remettre une plume de son collier e place pour que le pendentif retombe entre ses seins, ce genre de chose insensées pour la race humaine.

Elle écouta le blond parler, tout en faisant mine de ne rien entendre par pur orgueil. Cet homme imbus de lui-même l'agaçait, et elle se donnait un mal fou à le trouver antipathique. Bizarrement pour le moment ça marchait, malgré son aura impressionnante et son charisme, elle parvenait aisément à le détester en pensant à ces sensation qu'il avait ressenti envers elle. Dégout, mépris. Qu'il cache ça comme elle pouvait avec du désir ou de l'amitié elle s'en moquait, elle l'avait ressenti. La vieille Morwen en aurait bien rit. Mais Woden décida de rentrer dans le vif du sujet et son cœur se serra. Le lien avec Nikolaï... Encore aujourd'hui elle en pleurait et en même temps hurlait de joie d'avoir osé faire cela. Elle était devenue la première... enfin, la seule, à avoir survécu à la rupture du lien. Mais le prix à payer était bien trop pénible, aussi s'était-elle juré d'emporter ce secret dans sa tombe. Elle releva son regard vers le vieil homme, qui l'observait, l'air plus calme et sérieux d'un coup. Elle le défia du regard, espiègle et joueuse. Elle n'en avait strictement rien à faire, si elle avait réagit bizarrement jadis ce n'était plus le cas, c'était tout ce qu'il y avait à savoir.

Woden lui chercha à s'excuser, ou tu du moins expliquer le pourquoi de sa mission mais, reine des pestes, Ariane préféra l'ignorer royalement. Ça lui apprendrait à la voir comme une sorcière sidh. Puis le maître exorciste se mit à parler... Oh non, voyons. Elle a parfaitement réagit à nos rituels, et on peut vous garantir que Nikolaï n'a pas apprécié... Bien, s'il n'avait que cela à dire, la brune pourrait largement s'y faire. ... Jusqu'à ce qu'elle brise ses chaînes et m'empoigne à la gorge, les yeux ocres comme ceux de feu Nikolaï. - Pardon ? - Nikolaï profitait de ce lien et a largement agit contre le gré d'Ariane, à dire vrai à la fin Ariane était si faible qu'il prenait sa place... au travers de ses rêves. je ne connais pas les sidhes, mais je pense qu'il était doué; vraiment TRÈS doué. Et le lien n'arrangeait rien... - Sale menteur ! Rugit Ariane, se redressant d'un bond. Le vieil homme se tourna alors vers elle, l'air à la fois déçu mais sur de lui. Je ne ment pas, Ariane. Quand on s'est aperçu qu'il te possédait car à la base tu avais trop honte et était trop orgueilleuse pour oser dire avoir besoin d'aide, on a essayé bien des moyens de mettre fin à ce lien devenu maudit. Malheureusement il nous a été impossible de le chasser hors de toi... Il était en toi, partout. Et c'est toi qui ne voulait pas le lâcher. On a été forcé de t'endormir de force, jusqu'à ce qu'un jour tu viennes à disparaitre... La suite, tu la connais. A dire vrai tu es la seule à la connaître.

Ariane en était blême. Elle se souvenait s'être vue sombrer, se réveiller en sueur par moment, avoir eu un caractère de plus en plus violent et malsain, souhaitant tout faire pour rejoindre nikolaï et détruire ceux qui l'en empêchaient mais ce qu'il s'était passé dans ses rêves pour elle n'était que des discussion avec son ancien amant où il tentait de la corrompre encore et encore... Elle n'aurait jamais pensé qu'en plus il parvenait à prendre le contrôle de son propre corps. C'était ça alors, un lien corrompu ? Ariane mit sa main sur sa bouche, horrifiée. Mais alors, Ralik... Les exorcistes... - Non Ariane, tu dormais, ça n'était pas toi. Ariane releva la tête d'un coup, horrifiée. Même Soren intervint pour dire à son père de se calmer avec sa franchise mal placée mais le vieil homme le repoussa d'un mouvement d'épaule.

Il y a d'autres choses que je dois savoir ? Maugréa la brune, essuyant ses larmes rageusement : elle détestait l'idée de pleurer en public, et surtout de se montrer faible. Ariane je suis désolée je ne savais pas que... - Grâce à toi on en sait un peu plus sur le lien maudit. Visiblement quand le lien est en place il est impossible de chasser l'âme du corrompu du corps de celui qui est encore pur, à cause du lien. Le lien devient de toute évidence malsain... - Bien. Murmura-t-elle. Elle se leva, refusant d'en apprendre davantage, faisant déjà ses affaires pour s'en aller et ignorant les jérémiades de Soren. On lui avait surement caché ça pour son bien, et Soren n'y était pour rien mais... En partant, elle observa le père de Soren, blessée, détestant avoir été humiliée de la sorte. J'aurais préféré ne rien savoir.

Le vieil homme dodelina de la tête, conscient de ce qu'il venait de faire et ne s'étonna pas que la porte claque violemment contre la pierre. ... Je crois qu'elle va m'en vouloir. - Non mais t'es malade !? Pourquoi tu lui a caché un truc pareil ! - C'est son père qui l'a voulu. Répondit froidement le vieil homme, fusillant son fils du regard. Mais le fils avait déjà bondit dehors, criant des "Ariane, reviens !" sans s'apercevoir être parti dans la mauvaise direction. Là dessus l'ancien reporta son regard sur celui de Woden, haussant un sourcil. C'est dans ce genre de circonstance que les langues se délient, par contre je m'étonne de vous voir du coup encore ici, hm ? Emit-il en regardant Woden, puis la porte. Si on se demandait de qui Soren tenait ses talents de manipulateur et de créateur de couple, on le savait à présent.




Ariane Thémys
✧ Filevent du Sajenraë ✧
Messages : 80
Cristaux : 18
Date d'inscription : 13/08/2014

Carnet de Bord
Race: Néphelym
Métier: Chef des Eclaireurs
Pureté:
13/15  (13/15)
avatar
✧ Filevent du Sajenraë ✧
MessageSujet: Re: Les Secrets d'Antan   Mer 3 Déc - 9:06

La jeune femme tomba en pleurs dans les bras de son père. Le Semiahzan avait honteusement profité d'elle et rien de plus. Il n'avait pas montré une once d'amabilité après cela. Il l'avait juste jetée. Et son père n'entendait pas que ça se passe ainsi. Semiahzan ou non, aucun homme ne devait se comporter comme ça, et voir sa fille dans un tel état brisait le coeur du tavernier. Justice allait être rendue.



Woden écouta attentivement le père de Soren. Oui, il y avait effectivement eu du grabuge. Et même possibilité qu'il soit trop tard. Pour autant, il n'intervint pas. Il se fit oublier tout le temps de la conversation. Ainsi, Ariane en dit plus que s'il était intervenu. Et elle s'enfuit de la salle une fois qu'elle en eut assez entendu. Le père de Soren lui demanda ce qu'il faisait encore ici, arrachant un sourire à Woden. Courbant un peu la tête et le torse pour lui faire une silencieuse révérence, il poursuivit Ariane pour la rattraper. Il ne se pressa pas pour autant, même s'il n'essaya pas de la suivre discrètement. Il voulait surtout qu'elle assimile un tant soit peu les nouvelles informations. Il accéléra enfin pour venir l'attraper par la main et la forcer à se calmer.

— Ariane, crois-moi, je préfèrerais te laisser tranquille. Mais vu ce qu'il vient de se dire, j'ai besoin de te dire certaines choses et d'en savoir d'autres.

Il la regarda dans les yeux, la tenant fermement, et déblatéra rapidement ce qu'il voulait d'elle avant qu'elle ne s'énerve pour de bon.

— Je peux soigner une partie de ta corruption. Alors si tu t'inquiètes au sujet de ce que Nikolaï a pu te faire quand tu dormais, ça ira. Quant aux possibles victimes que tu aies pu faire... Le père de Soren l'a dit. Ca n'était pas toi. C'est Nikolaï le fautif dans tout ça, et le seul crime dont tu as fait preuve a été de tomber amoureuse du mauvais homme.

Même s'il avait dit ça pour la rassurer, cela le choqua dès qu'il eut fini de prononcer sa phrase. Qu'espérait-il en disant cela ? Sûrement pas de regagner Ariane. Non, c'était pour le bien de l'enquête. Rien de plus.

— Mais il reste des zones de flou, et j'ai besoin que tu ne te braques pas comme tu l'as déjà fait. Je suis immonde, ça me va. Je suis méprisable, ça me va. Mais si tu continues à jouer les pestes et à cacher la vérité, toi, tu es morte. Et ça, en revanche, ça ne me convient pas du tout. Le père de Soren a dit qu'il était impossible de chasser l'âme du corrompu du corps du pur. Autrement dit, il aurait fallu détruire son âme. C'est le seul moyen possible pour que tu sois comme tu es à présent. Des choses à dire à ce sujet ?

Il reprit son souffle, ayant parlé quasiment d'une seule traite. Il attendait de voir si Ariane allait enfin dévoiler une partie de la vérité. Malgré tout, il sentait qu'il était proche. Il avait déjà quelques suppositions qui expliqueraient pas mal de choses... Mais elles étaient terribles.


Woden Alfadir
• Hurlevent d'Oprium •
Messages : 13
Cristaux : 11
Date d'inscription : 27/10/2014

avatar
• Hurlevent d'Oprium •
MessageSujet: Re: Les Secrets d'Antan   Mer 3 Déc - 11:09

Arya remontait les escaliers de la tour pour aller vers le ciel, et non la terre. Elle avait besoin de réfléchir, et seule. Malheureusement rapidement des pas la rattrapèrent, des pas qu'elle ne connaissait que trop bien. Elle finit par accélérer mais une main s'empara de la sienne, la ramenant une marche en arrière pour se retrouver à deux marches de Woden soit : trop près selon elle, et surtout pas assez pour qu'il ne la dépasse pas encore d'un ou deux centimètres... Il aurait peut-être mieux fait de ne pas l'aborder, Ariane risquant de ne pas être gracieuse, voir même trop franche, trop mordante.

- Woden, tu...

Ferais mieux de partir ? Il ne lui laissa pas le temps de finir sa phrase. La corruption ? La soigner ? La bonne blague ! Il savait combien le Sajenraë avait gaspillé en argent pour la soigner avec des Élixirs ? Elle était moins corrompue que certaines personnes, ce qui la fit serrer les dents amèrement. Saleté d'inquisiteur... Ils ne voyaient décidément que le blanc ou le noir, rien d'autre... Et il lui parla de Nikolaï... rebelote, la chose à ne jamais faire. Nikolaï, cela faisait plusieurs dizaines d'années qu'elle s'en était remise, voir près d'un siècle. Ou du moins qu'elle essayait... Il arrivait pas un peu trop tard " l'ami " ? Il avait perdu ce droit depuis longtemps... Refoulant ses pensées mauvaises... Jusqu'à ce qu'il lui dise qu'elle avait aimé la mauvaise personne. Tu oses remettre les choix de l'Opra en question ? Elle était outrée et n'entendit pas la moitié du reste de ses paroles, déjà entrain de concentrer tout ce qu'elle pensait de lui, hésitant, hésitant moins, hésitant quand même, mais tout de même bien moins... Il fallait qu'il arrête, ne voyait-il pas qu'elle bouillait de colère envers lui ?

Elle n'entendit même pas la menace de mort, de toute façon Woden savait à quel point elle pouvait partir loin par entêtement. Trop loin parfois... Il l'avait sorti des griffes de la forêt profonde combien de fois parce qu'elle relevait jadis le moindre défi ? "Détruire son âme"... Touché. Woden ne savait juste pas à quel point. Il n'y aurait eu qu'à regarder la sienne, elle en était sure. Son âme devait être défigurée à jamais. mais parce qu'il avait rouvert des blessures qu'il ne fallait pas rouvrir, la bile sorti toute seule de ses lèvres. Sa voix était calme lorsqu'elle commença à parler... trop, peut-être.

Je rêves... Et tu as le culot de revenir après m'avoir laissée tout ce temps, insulter Nikolaï devant moi, émettant des émotions de dégoût et de haine à mon encontre tout en jouant les hypocrites... ? Tu es vraiment entrain de faire ça Woden, de jouer sur notre ancienne amitié juste pour avoir une réponse ? Elle décortiquait ses mots, les laissant s'insinuer lentement dans l'esprit de Woden. Nikolaï était meilleur que toi, et ça t'énerve... Il a été choisi par l'Opra pour être mien, et pas toi... Ça t'énerve aussi, ça ? Ou bien est-ce juste le fait que je me sois détournée de toi jadis pour lui qui te rend si méprisable et détestable à présent ? Tu as choisi de disparaitre de ma vie... Murmura-t-elle, avant d'entrer dans le vif du sujet, ou du moins des reproches. Quand il est mort aux yeux de tous tu n'étais pas là. Quand il est revenu en tant que sidh tu n'étais pas là, quand j'hurlais à l'aide "TU" n'étais pas là, et maintenant tu crois au nom d'Oprium que j'irais te dévoiler mes secrets les plus intimes comme si on était encore quelque chose l'un pour l'autre, Woden ? Comme si on était encore ne serait-ce que des amis ? Alors que je ne le suis que lorsque je peux servir tes intérêts au final ? Non mais tu veux rire !? Elle rit, mais c'était clairement nerveux, sarcastique, et pour le coup mauvais. Mon pauvre... Et tu crois que c'est moi la corrompue dans l'histoire !? Regardes-toi en face, tu crèves encore de jalousie à l'idée qu'il aie été l'homme de ma vie. Et il a peut être été "là"... Murmura-t-elle en mettant la main sur son cœur, comme si elle vénérait encore ce précieux contact. En moi... de la mauvaise manière, mais il y était, au moins. Et ce qui est certain Woden, c'est que si j'ai réussi à me défaire de ce lien, de ce qui m'était le plus cher au monde, alors c'est que je me suis défaite encore plus facilement de toi.

Ariane se tut, ses derniers mots glacés murmurés à son oreille pour avoir plus d'impact. Elle dégagea sèchement sa main, se reculant lentement pour le regarder droit dans les yeux, comme si elle buvait du petit lait à lui dire enfin ses quatre vérités. Regardes moi Woden, admires moi bien. Non seulement je ne suis pas corrompue comme tu semblais vouloir l'espérer, non seulement je ne vais pas mourir, mais en plus je ne dépends pas de toi. Je n'ai pas eu besoin de toi pour me purifier de la corruption et à dire vrai tu ne m'apporte rien de plus qu'une envie d'être mauvaise... En quelque sorte donc, c'est toi qui me corrompt, non ? Alors pour la deuxième fois... "Vas - te faire - foutre.".

Et elle resta là en face de lui, à attendre qu'il redescende les escaliers. Si elle avait quelque chose à dire, ce ne serait pas à lui qu'elle le dirait. A ses yeux depuis qu'il était là il jouait sur leur ancienne amitié mais n'était pas honnête avec elle. Elle espérait qu'il avait comprit: son don d'empathie était surement le plus puissant après celui de son propre père et elle laissa en sensation de fond ce qu'elle ressentait pour lui déferler. Mépris, déception, dédain, dégoût... Mais surtout énormément de déception, peut-être avait-elle été heureuse un bref instant de le voir au sajenraë, de le voir tout court... Mais alors cela avait été jusqu'à ce qu'il ouvre la bouche. Et comme elle aimait les sorties théâtrales, Ariane lui laissait l'honneur et la politesse de tourner les talons le premier.




Ariane Thémys
✧ Filevent du Sajenraë ✧
Messages : 80
Cristaux : 18
Date d'inscription : 13/08/2014

Carnet de Bord
Race: Néphelym
Métier: Chef des Eclaireurs
Pureté:
13/15  (13/15)
avatar
✧ Filevent du Sajenraë ✧
MessageSujet: Re: Les Secrets d'Antan   Mer 3 Déc - 13:10

Woden la regarda se défouler sur lui. Elle touchait beaucoup de points sensibles. Beaucoup trop. Malgré tout, le Semiahzan la regardait calmement, droit dans les yeux. Il attendit qu'elle finisse de se déchainer. Comme d'habitude, c'était bien Ariane de s'emporter comme ça. Enfin, elle termina par un dernier "Va te faire foutre". Inspirant profondément, bien que silencieusement, il sourit. Il sentait tout ce qu'elle se démenait à lui faire ressentir. C'était bien plus que de ne pas le porter dans son coeur, à ce niveau là...

— Bien. Tu ne diras rien non plus ce soir donc.

Ne disant rien de plus, il se contenta de descendre les marches lentement, une à une. Ce qu'il dirait ne changerait rien de toute manière. En revanche, son état et ses sentiments ne mentaient pas. Il espérait qu'elle le sente, tout comme elle avait senti ce qu'il pensait d'elle lors de leur rencontre après tant d'années. Il était blessé. Profondément blessé. C'était donc ce qu'elle pensait de lui. Visiblement, les avis divergeaient. Il n'avait pas eu l'impression de disparaitre de sa vie, plutôt que c'était elle qui l'avait abandonné.

Déambulant dans les couloirs comme une âme en peine, il se remémorait les propos d'Ariane en boucle, lui minant le moral un peu plus à chaque fois. Il ne savait plus quoi faire. En tant qu'Inquisiteur, il l'aurait juste torturée encore et encore jusqu'à ce qu'elle parle. En tant que connaissance, il ne pouvait pas lui faire ça. Etrangement, il était prêt à tout en arrivant, et en une journée... Il se sentait bien moins capable de mener cette enquête à bien.

Par réflexe, il vint saisir fermement le postérieur d'une servante qui passait par là. Sans lui laisser la moindre chance de dire quelque chose, il l'embrassa langoureusement, commençant déjà à passer ses mains sur son corps. Il devait faire tomber la tension. La poussant jusque dans une salle de stockage, il ferma la porte derrière lui et se déshabilla, son attribut déjà fièrement tendu vers la demoiselle, qui commençait à être bien moins farouche. Mais il ne pensait pas à ce qu'il faisait. Il continuait de penser à Ariane et ce qu'elle venait de dire. A tout ce qu'il avait pensé d'elle toutes ces années, se disant qu'elle s'était peut-être dit la même chose de lui finalement.

Il fallut plusieurs heures pour que Woden daigne laisser la servante s'en aller, épuisée et dégoulinante de sueur. Il se leva et sortit, les premiers rayons du soleil lui agressant les yeux. Il avait passé la nuit à coucher avec elle, et il commençait à sentir qu'il avait besoin de sommeil. Il se dirigea vers sa chambre, passant devant celle d'Ariane. Il s'y arrêta un moment, regardant la porte. Evidemment, tout lui revint en mémoire, aussi clair que si cela ne s'était passé il n'y avait que quelques minutes. Son regard s'assombrit de nouveau et il se dirigea vers sa chambre pour s'y écrouler de sommeil.


Woden Alfadir
• Hurlevent d'Oprium •
Messages : 13
Cristaux : 11
Date d'inscription : 27/10/2014

avatar
• Hurlevent d'Oprium •
MessageSujet: Re: Les Secrets d'Antan   Mer 3 Déc - 19:18

Face au sourire du Semiahzan, Ariane releva le menton, droite et fière. Elle refusait de baisser les armes tant qu'il ne serait pas parti. Et il sembla comprendre l'essentiel : non, elle ne lui parlerait pas. Elle n'avait aucune envie de savoir ce qui avait bien pu lui arriver lorsqu'il était parti, son souvenir à chaque fois ramenant des émotions qu'elle préférait oublier, atténuer. Elle senti pourtant une vague d'émotions l'effleurer et fronça les sourcils le temps qu'il disparaisse de sa vue... Elle l'avait blessé, n'est-ce pas ? Peut-être mais en disparaissant jadis il l'avait écorchée vive... Ça elle ne le dirait jamais à haute voix, n'ayant ni envie d'avouer qu'il ait eu cette emprise sur elle, ni de penser au fait qu'elle lui criait dessus était peut-être simplement de la peur. Ca faisait combien de temps qu'elle s'était enfermée dans sa monotonie ? Elle ne ressentait rien, se sentait vide, mais ironiquement se protégeait au mieux de tout lien affectif... Lorsqu'en bruit de fond elle entendit une porte se fermer, elle crut qu'il était tout bonnement sorti de la tour. Elle ne chercha pas plus loin, laissant enfin apparaitre son désarroi sur son visage.

- ... Désolée.

La brune gravit les dernières marches et arrivée au sommet de la tour, s'envola vers ses quartiers. Son oiseau revint, un rongeur entre les serres et le dévora sur son perchoir avant de retourner à l'intérieur de la pièce. Ariane ordonna qu'on fasse chauffer un feu et s'installa dans un fauteuil, ses jambes contre elle à observer les flammes. Elle aussi songeait à ses paroles... Pas de sa faute ?  ... Il ne savait rien. De ce qu'elle avait ressenti jadis, pour son départ ou même pour Nikolaï... A dire vrai elle avait cédé aux assauts de Nikolaï sans se battre. Elle le savait à présent, à l'époque elle avait sauté à pied joint pour retrouver son bourreau, laissant le lien la ronger de l'intérieur. Quand le maître exorciste avait parlé d'elle, ayant tenté de l'étranglé elle s'était alors souvenu... Oh oui, elle se souvenait très bien de ce qu'elle avait fait ce jour là.

Elle avait alors abandonné son intégrité, sa foi, cherché la moindre parcelle de songe où il intervenait comme une damnée, restant seule, écoutant sa voix, même si elle lui susurrait des choses et des insinuations obscènes ou bien violentes, la fatigue l'avait forcé bien des fois à lui céder la place mais à chaque fois elle se trouvait plongé dans un rêve où il était là... certes il la torturait mais étrangement c'était lui, sa part d'ombre dévoilée mais... c'était lui. Comment avouer qu'elle avait continué à l'aimer ? Elle avait été dégoutée, horrifiée certes mais elle ne l'en avait pas moins désiré et s'était vu sombrer alors que par la pensée il la violait dans ses rêves les plus profonds, la forçant à voir ce qu'il faisait en contrôlant son corps... Oh oui, tout lui revenait à présent. Elle s'était juste forcé à oublier mais quand l'exorciste avait tenté de le repousser, qu'il avait mit Nikolaï en colère... Elle l'avait laissé faire, guider sa main vers la gorge du vieil homme et avait goûté au plaisir de tuer... dommage qu'elle ne soit pas parvenue à agir jusqu'au bout.

Voilà la vérité : ce soir là Nikolaï n'avait pas été le seul à agir, et à chaque fois qu'il avait utilisé son corps ensuite elle était restée en arrière plan au fond de sa tête à regarder les gens qu'elle aimait se faire tuer. Petit à petit elle avait apprit à aimer cela... ...Assez ! Hurla-t-elle, se recroquevillant en se prenant la tête. Elohim battit violemment des ailes, totalement affolé. Elle le caressa, se forçant à se calmer et décida d'aller se coucher... Demain elle aurait les idées plus claires.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

A l'aube...

Alors que Woden retournait se coucher Ariane elle, revêtait l'armure de cuir du Sajenraë, finissait de voir les derniers points avec le chef des armées et dirigeait son équipe vers la forêt d'émeraude... Soren, qui avait reçu un carnet de note de son père la suivait de près. Il avait réussi à convaincre son père de rester en sécurité et suivait à présent la brune avec les annotations de celui-ci pour traduire la stèle, le reste des informations pour la trouver lui ayant été également données. Ariane ralenti alors devant la région qui l'intéressait. Les arbres plus denses surplombaient les autres et pour la première fois depuis longtemps elle dut monter en altitude pour rester au dessus des cimes. Son équipe la suivit jusqu'à se poser sur un terre-plein. A la forêt d'émeraude les choses étaient en effet trop étranges pour être décrites... Actuellement, Ariane se tenait sur une feuille sans même la faire vaciller tant elle était grande, à la manière d'une coccinelle sur une feuille de chêne.

- Bien... Enfin, les choses sérieuses peuvent commencer.

Son sourire s’agrandit alors qu'en contrebas se dévoilait le paradis perdu, sanctuaire des animaux féériques et des pires prédateurs que la forêt profonde pouvait receler...

A suivre...




Ariane Thémys
✧ Filevent du Sajenraë ✧
Messages : 80
Cristaux : 18
Date d'inscription : 13/08/2014

Carnet de Bord
Race: Néphelym
Métier: Chef des Eclaireurs
Pureté:
13/15  (13/15)
avatar
✧ Filevent du Sajenraë ✧
MessageSujet: Re: Les Secrets d'Antan   



Contenu sponsorisé




 

Les Secrets d'Antan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» tant que les secrets sont entre de bonnes mains [Sébastien]
» La vie a ses secrets! qui en connait le bout ? Néo-classique.
» ragots, secrets et retrouvailles [M., M-A., P-J.]
» Give All My Secrets Away ' Lily & Antigone
» Le retour de l'Armure d'antan ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echo :: Terres du Milieu :: Sajenraë-